La messe de ce deuxième dimanche du temps ordinaire, le 19 janvier 2020, a été célébrée par l’Abbé Noël NTIRANDEKURA et animée par la chorale Sancta Maria. Les Saintes Ecritures sur lesquelles portait la méditation nous sont venues du livre du prophète Isaïe (Is 49, 3.5-6), de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens (I Co. 1, 1-3) et enfin de l’Évangile de Jésus Christ selon saint Jean  (Jean 3, 13-17).

Dans son homélie, le célébrant a d’abord abordé la première lecture du livre du prophète Isaïe selon laquelle Dieu lui promet de faire de lui la lumière des nations pour que son salut parvienne jusqu’aux extrémités de la terre. Partant de cette promesse divine adressée au prophète, l’Abbé a tenu à souligner que cette parole est aujourd’hui adressée aux fidèles rassemblés dans l’église de la Sainte Trinité. Aujourd’hui, a continué l’Abbé, Dieu nous recommande d’être la lumière dans notre vie : dans nos familles, dans notre société, dans notre pays à travers notre façon de vivre, de s’exprimer, de se comporter afin que ce salut parvienne réellement partout.

« Tu es mon serviteur, Israël, en toi je manifesterai ma splendeur ». En plus, Dieu livre, à travers Isaïe, comme l’a expliqué le célébrant un message au peuple d’Israël afin que sa splendeur se manifeste à tous. Il a poursuivi son homélie en montrant dans quel état le peuple d’Israël se trouvait suite à plusieurs vagues de déportation vers Babylone pendant le règne du roi chaldéen Nabuchodonosor. Pour l’Abbé, toutes ses souffrances sont dues au fait qu’ils étaient dominés par le péché de façon quotidienne et sans répit. Il a aussi mentionné le péché de différentes autorités de cette époque qui refusaient de gouverner le pays selon la volonté de Dieu et ses Lois et laissaient la population dans un total désordre. Pour d’autres dirigeants, leur péché résidait dans le fait qu’ils se croyaient dans le droit chemin alors que ce qu’ils faisaient étaient tout à fait le contraire de ce que Dieu voulait. Il a continué en citant d’autres exemples dans la Bible qui montrent, cette fois-ci, comment la population se soulevait pour que leur volonté se réalise et non celle de Dieu. Ainsi, quand la volonté de l’homme ne concorde pas avec celle de Dieu, cette volonté est satanique.

Le refus de suivre la voix des prophètes de Dieu est à l’origine de l’exil des Israélites. Mais Dieu, dans son amour infini, s’est souvenu de son alliance et a pris pitié d’eux. Donc, à travers son prophète Isaïe, Il leur adresse un message réconfortant.

S’adressant aux fidèles, l’officiant leur a demandé le pourquoi du refus de mettre en pratique sa Parole que Dieu leur adresse par le biais de ses prophètes et leur a invité, avant de terminer, de prendre la décision de mettre en application la Parole de Dieu qu’ils écoutent chaque jour. Un vrai croyant, c’est celui qui met en pratique les commandements de Dieu, marche dans la lumière, éclairé par la Parole de Dieu.

Signalons qu’à la fin de la messe, un communiqué de l’Archevêque de Bujumbura parlant de la journée de la Parole de Dieu a été lu aux fidèles.

 

Germain NAHIMANA