La Famille de Schoenstatt  au Burundi a célébré la journée d’Alliance d’Amour ce samedi le 18 janvier 2020 au Sanctuaire Marial de Mont Sion Gikungu.  La messe qui a débuté à 11 heures, a été présidée par le Recteur du Sanctuaire de la Paix et de la Réconciliation et à ses côtés, le Père Aumônier Dirigeant National et Régional du Mouvement Apostolique de Schoenstatt, le Père Longin NTIRANYIBAGIRA et le Diacre Jean Bosco HABONIMANA. Comme à l’accoutumée, il y avait beaucoup de Schoenstattiens et de pèlerins et c’est la chorale Sancta Maria qui a animé la messe par des chants mélodieux.

Dans son homélie, le célébrant principal a souhaité meilleurs vœux pour l’année 2020 à tous les pèlerins présents, comme c’était la première célébration de l’alliance d’amour de l’année. Il a insisté qu’il faut continuer à déguster les bienfaits reçus l’année passée ; à titre illustratif  le nouveau nom donné par l’Archevêque de Bujumbura à notre Sanctuaire Marial de Schoenstatt. C’est-à-dire que toute personne qui viendra en pèlerinage dans ce sanctuaire va s’adresser à la Vierge Marie comme Reine de la Paix de la Réconciliation. Il a aussi rappelé que Jésus et sa Mère ne se lassent jamais de nous partager le repas qui nous fait vivre, qui nous délivre. Nous sommes interpelés comme Levi de l’Evangile à nous convertir afin de nous détacher de toute chose qui ne nous permet pas d’accomplir la volonté de Dieu, a-t-il souhaité. Les clauses de l’Alliance d’Amour célébrée le 18 octobre 1914 avaient été prédites par le Père Fondateur le 27 octobre 1912. En effet, ce jour là, il a dit à ses séminaristes, la génération fondatrice, que le programme est : ” Avec la Vierge Marie, nous voulons nous éduquer afin de devenir des personnes aux caractères libre, ferme et sacerdotal”. Ainsi, nous voulons les imiter en formant l’homme nouveau un peu partout, dans nos familles, dans nos milieux de travail et ailleurs.

Il a aussi souhaité que les vertus schoenstattiennes, le triangle moral de Schoenstatt (être vrai, être juste, payer le prix) puissent être notre bâton de pèlerin pour cette nouvelle année. En effet, il est temps d’être vrai, c’est-à-dire d’enlever les différents masques qui peuvent cacher l’identité de tout un chacun. De même, il est temps que chaque personne évalue sa vie en rapport avec la justice dans tout ce qu’il fait, et surtout en reconnaissant Dieu à travers l’image du prochain. Il faudra aussi payer le prix, c’est-à-dire être responsable en se donnant entièrement pour sauver et protéger le prochain. Ainsi, en tant que Schoenstattiens, nous sommes vivement interpelé à se donner pour le bien-être de toute la société  à l’exemple de Jésus qui s’est sacrifié pour tout le monde. En terminant son homélie, le Père Recteur du Sanctuaire a exhorté tous les pèlerins de prier incessamment et de demander à la Vierge Marie de nous obtenir dans notre pays le Burundi des gens vertueux qui se sacrifient pour les autres afin de bâtir une société à l’image du royaume du Père.

Juste après l’homélie, on a fait le rite de brûler les contributions au capital de grâce. Et puis la messe a continué normalement pour terminer peu après 13 heures par la bénédiction solennelle et l’hymne de la famille de Schoenstatt.

 NIYONGABO Epipode