Sous l’autorisation de l’Archevêque de Bujumbura, Mgr Gervais BANSHIMIYUBUSA, le Sanctuaire de la Reine de la Paix et de la Réconciliation de Mont Sion Gikungu a célébré ce 8 décembre 2019 la fête de l’Immaculée conception. Signalons que, cette année, l’église universelle a reporté cette solennité au 9 décembre car le 8 décembre était un deuxième dimanche de l’Avent. C’est le vicaire général, Mgr Anatole RUGERINYANGE, qui a présidé la célébration eucharistique.

Au début de la
célébration, le Recteur du Sanctuaire, le Père Herménégilde COYITUNGIYE, a
accueilli et salué le Vicaire général puis tous les fidèles présents en
commençant par les deux anciens présidents du Burundi (Domitien NDAYIZEYE et
Sylvestre NTIBANTUNGANYA), les autorités du pays, les consacrés, etc. A toutes
et à tous, il a souhaité bonne fête de l’Immaculée Conception. Il a rappelé le
thème choisi pour cette année : « Vierge Marie conçue sans péché, ton Cœur immaculé
est une Source de paix qui apaise les cœurs ».

Partant de ce
thème, le Recteur du Sanctuaire a exhorté les fidèles  de prier pour le Burundi et les Burundais
afin que cette paix qui prend source en la Vierge Marie jaillisse sans arrêt et
atteigne tout le monde surtout dans cette période où le Burundi approche les
élections. Que la Vierge Marie nous donne un cœur semblable au tien, un cœur
sans rancune, sans distinction ni discrimination, a-t-il continué. Qu’elle nous
donne un cœur qui combat l’injustice. Il a remercié encore une fois le Vicaire
général pour sa disponibilité avant de lui passer le micro pour commencer la
messe. Rappelons que cette solennité a été précédée par neuf jours de prière,
la neuvaine à l’Immaculée conception.

Les lectures de
cette solennité ont été tirées du livre de la Genèse (3, 9-20), de la lettre de
saint Paul Apôtre aux Ephésiens (1, 3-12) et enfin l’évangile de Jésus Christ
selon saint Luc (1, 26-38). Signalons que l’évangile a été proclamé par le
diacre Jean Bosco HABONIMANA.

Dans son homélie, Mgr Anatole RUGERINYANGE a d’abord expliqué l’origine de cette solennité de l’Immaculée conception qui nous rappelle la destinée unique de Marie, choisie par Dieu. C’est vers le septième siècle que l’Europe de l’Est a commencé  a célébré cette fête. L’Immaculé conception a été proclamée comme un dogme de foi par le pape Pie IX, le 8 décembre 1854 ; la Vierge Marie a été préservée du péché originel dès sa naissance.

Dans la Bulle Ineffabilis Deus, le pape Pie IX a dit : « Nous déclarons, prononçons et définissons que la doctrine qui tient que la bienheureuse Vierge Marie a été, au premier instant de sa conception, par une grâce et une faveur singulière du Dieu tout puissant, en vue des mérites de Jésus Christ, Sauveur du genre humain, préservée intacte de toute souillure du péché originel, est une doctrine révélée de Dieu, et qu’ainsi elle doit être crue fermement et constamment par tous les fidèles ».

Le Vicaire a poursuivi son homélie avec différentes apparitions de la Vierge notamment celles de Lourdes quiont eu lieu quatre ans après la proclamation solennelle du dogme de l’Immaculée Conception par le pape Pie IX. En 1858, Marie conversait familièrement avec Bernadette qui l’interrogea ; elle lui dit son nom : « Je suis l’Immaculée Conception ».

Il a profité de cette occasion, avant de terminer,
pour mettre en garde ceux qui croient tout ce qui saute à leurs yeux. Pour le
Vicaire, toutes les apparitions de la Vierge Marie, ce sont des apparitions qui
fortifient la croyance catholique et non celles qui la mettent en doute comme
certaines qu’il n’a pas mentionnées de façon directe.

Au moment de l’offertoire, le Burundi, représenté sur une
carte avec ses 18 provinces, a été offert à la Vierge Marie, source de la vraie
paix et durable. De jolies fleurs lui ont été offertes aussi ainsi qu’une
colombe, signe de la paix.

La messe de cette solennité a été clôturée au
Sanctuaire par le Vicaire général, Mgr Anatole RUGERINYANGE. Signalons que la
colombe, symbole de la paix, qui a été offerte à la Vierge Marie pendant
l’offertoire dans l’église de la Sainte Trinité a été relâchée au Sanctuaire
par le Vicaire général en présence d’autres prêtres qui ont concélébré avec lui
ladite messe.

Germain NAHIMANA