Dite par le Père Herménégilde COYITUNGIYE, Recteur du Sanctuaire, la messe dédiée au Très Saint Nom de Marie a connu un léger retard et a eu lieu dans la chapelle eucharistique et non au sanctuaire comme à l’accoutumé pour toutes les messes du soir pendant la semaine à cause de la pluie qui battait son plein. 

Malgré ce climat pluvieux, les chrétiens, certains munis des parapluies et d’autres en imperméable, n´ont pas manqué à ce grand rendez-vous. Les choristes de la chorale Sancta Maria, vetus en bleu et blanc, couleurs de la Vierge Marie, ont assuré l´animation de ladite messe. Ils ont apporté, de façon spéciale et particulière, à la liturgie l´accompagnement du chant et de la musique. 

Nous venons dans cette eucharistie féliciter la Vierge Marie pur son nom béni, féliciter aussi les parents qui l´ont engendrée. Eux qui furent inspirés par Dieu de l’appeler ainsi. Le nom de Marie est un nom glorieux, un nom tout aimable, un nom salutaire, a introduit le célébrant. Cette fête intervient 8 jours apres la fête de la nativité de Marie, a-t-il continué. Il a, par ailleurs, félicité la Chorale du jour qui fêtaient son anniversaire et qui a comme nom le très Saint Nom de la Vierge Marie.

La première lecture nous est venue de l’épitre de Paul aux colossiens et l’évangile de saint Luc. Dans son homélie, le Père COYITUNGIYE a rappelé aux fidèles présents un fait spécial dans cet évangile et qui passe souvent inaperçu. Le nom de la mère de Jésus est cité. “Et le nom de la jeune fille etait Marie.”

Partant de là, le prédicateur a expliqué l´origine de la fete du saint nom de Marie. Elle fut établie par le Pape Innocent XI, l’an 1683, en souvenir d’une mémorable victoire remportée par les chrétiens sur les Turcs, avec la protection visible de la Reine du Ciel. Les Turcs s’étaient avancés jusque sous les murs de Vienne et menaçaient l’Europe entière. Sobieski, roi de Pologne, vint au secours de la ville assiégée dans le temps de l’octave de la Nativité de la Sainte Vierge, et se disposa à livrer une bataille générale.

Le Recteur du Sanctuaire a poursuivi son homélie en citant certains Saints qui ont retracé les merveilles du nom de Marie.

“Au nom de Marie, dit Pierre de Blois, l’Église fléchit le genou, les vœux et les prières des peuples retentissent de toutes parts.”

“Que Votre nom est glorieux, ô sainte Mère de Dieu ! s’écrie saint Bonaventure ; qu’il est glorieux, ce nom qui a été la source de tant de merveilles !”

“O nom plein de suavité ! s’écrie le bienheureux Henri Suzo. O Marie ! Qui êtes-Vous donc Vous-même, si Votre nom seul est déjà si aimable et si rempli de charmes ?” 

“Votre nom, ô Marie, dit saint Ambroise, est un baume délicieux qui répand l’odeur de la grâce !” 

Mais surtout le nom de Marie est un nom de salut. Saint Éphrem l’appelle la Clef du Ciel. 

“Le nom seul de Marie, dit saint Bernard, met en fuite tous les démons.”

Ce n’est là qu’un faible écho de l’apologie du nom de Marie faite par les Saints.

Sachant que le nom de Marie chasse les démons, … faisons recours à ce nom quand nous traversons des moments difficiles afin que notre Mère nous vienne en aide, a-t-il conclu.

Germain NAHIMANA