Ce dimanche 18 août 2019, le sanctuaire marial de Schoenstatt
de Mont Sion Gikungu a eu la joie d’accueillir dans ses enceintes un
effectif combien important de membres du Mouvement Eucharistique (ME) venus de
tous les coins du pays. Ils étaient venus pour la cérémonie d’ouverture solennelle
de l’année jubilaire de cent ans d’apostolat dudit ME. Cet événement vient
s’ajouter à la date traditionnelle du 18 de chaque mois où les membres du
Mouvement Apostolique de Schoenstatt renouvellent l’alliance d’amour avec la
vierge Marie. La sainte Messe de ce dimanche a été présidée par Son Excellence
Monseigneur émérite Evariste Ngoyagoye entouré par un bon nombre de prêtres,
dont parmi eux le Recteur du sanctuaire et l’Aumônier national du ME. La Chorale
Sancta Maria de Mont Sion et celle des étudiants membres du ME ont
alternativement animé la Messe en chants liturgiques.

Juste au début de la Messe, le Père Recteur du sanctuaire a,
dans un discours bref, souhaité la bienvenue aux pèlerins au sanctuaire marial
de Schoenstatt de Mont Sion Gikungu et les a félicités pour l’année jubilaire
qu’ils venaient ouvrir solennellement. Ils auront toute une année à évaluer
leur apostolat après cent ans d’action afin d’en desceller les aboutissements
et les failles pour les relever. Il a tenu également à informer les pèlerins
que le sanctuaire marial de Schoenstatt de Mont Sion Gikungu est déjà dans son
année jubilaire de vingt-cinq ans d’existence du sanctuaire marial à Mont Sion.
Cette année jubilaire prendra fin le 23 octobre de l’année en cours, mais la
grande célébration est prévue pour le 19 du même mois. Les ME et Mouvement Apostolique
de Schoenstatt (MAS) ont en commun la vierge Marie, par qui ils passent comme
chemin court et sûr pour arriver à Jésus, et donc à Dieu et recevoir de lui
dons et grâces nécessaires dont ils ont besoin. Il était d’habitude et de
tradition pour le ME de célébrer la fête patronale de saint Tharcisse le
dimanche suivant l’assomption, mais il en a profité pour ouvrir leur année
jubilaire.

L’Aumônier national du ME, l’Abbé Sept Désiré Remesha a aussi
prononcé un discours solennel d’ouverture de l’année jubilaire. Avant l’annonce
solennelle, il est revenu sur l’historique du mouvement dès ses débuts en
France en 1844, à son arrivée au Burundi en 1920 par le Père Jean Marie Lepord,  missionnaire d’Afrique. Celui-ci ayant été
ordonné prêtre en 1902, il a passé 40 ans d’apostolat à la Paroisse Muyaga
avant d’y rendre son âme et y être enterré. L’Abbé Remesha n’a pas oublié de
remercier Son Excellence Monseigneur Joachim Ntahondereye, évêque de Muyinga et
Président du CECAB pour avoir autorisé l’ouverture de cette année jubilaire au
ME. Ses remerciements ont été adressés à l’Archevêque de Bujumbura pour avoir
accepté que cette ouverture ait lieu dans son archidiocèse. 

Au cours de son homélie, Monseigneur émérite Ngoyagoye a tenu
à préciser que ce n’est pas Dieu qui nous met en conflit, mais satan, le
tentateur qui crée des divisions au sein de nos idées, comportements et
croyances pour en fin de compte produire du désordre et de la mésentente
insupportables entre parents et enfants, belles-mères et belles-filles et bien
d’autres. Dans la première lecture, le Royaume d’Israël avait une grande menace
d’être attaqué par les Babyloniens et avait essuyé tant de pertes en vies
humaines. Certains des conseillers du roi voulaient à tout prix continuer à se
battre en redonnant plus de moral aux soldats, mais en même temps d’autres,
dont le prophète Jérémie, s’y opposaient et voulaient que le peuple revînt à
Dieu au lieu de mettre confiance en leurs forces ou à la force des armes.

La deuxième lecture, qui est l’épitre aux hébreux, est un
appel à ceux qui ont cru en Dieu à tenir fermes et sans relâche dans la foi.
Les membres du ME feraient de même en s’attachant à l’Eucharistie jusqu’à en
mourir comme saint Tharcisse, leur saint patron. Son Excellence Monseigneur
Ngoyagoye a conclu son enseignement en félicitant et souhaitant bonne
préparation au ME pour la célébration très solennelle de leur jubilé en Août de
l’an prochain. Il a souhaité également que cette année soit pour le ME une
bonne occasion de s’autoévaluer afin d’évoluer encore de plus bel.

Après le chant d’action de grâce, le Président national du ME a prononcé un discours dans lequel il a invité tout un chacun à redoubler plus d’effort pour être de bons apôtres dans ce monde en plein changement avec des mutations bouleversantes. Tenir fermes  à leur foi, à leur baptême, aux promesses faites dans leur mouvement selon leur devise doit être leur préoccupation permanente. Ceci leur permettra de participer dans toutes les Messes et réunions du ME, redoubler d’effort dans l’apostolat, s’acquitter régulièrement des cotisations du mouvement, visiter les malades et les prisonniers, etc. Il a aussi sollicité de la part de l’Aumônier pour le ME des enseignements qui réveillent leur foi et redynamisent leur apostolat. Le Président national du ME a terminé son discours en remerciant les Aumôniers national et diocésain du ME pour leur encadrement, le comité organisateur du jubilé, la Radio Maria pour ses diffusions et annonces publicitaires pour la fête en cours et le jubilé proprement dit l’année prochaine à la paroisse Muyaga où  repose le corps du père Lepord.

Signalons qu’à la fin de la Messe il y a eu procession vers
le sanctuaire marial et rite d’offrir le capital de grâces, qui est un rite de
brûler les papiers sur lesquels les fidèles ont écrit leurs souhaits, demandes,
actions de grâces et d’autres.

Méthode Nyandwi