La célébration eucharistique du dimanche du Sacré Cœur de Jésus, en ce 10 juin 2018,  a été présidée par l’Abbé Lambert NGENDABANYIKWA du diocèse de Muyinga. Dans son introduction, il a signifié que Dieu nous a appelés chacun en son nom et nous a invités à contempler son Amour envers nous, cet Amour qui s’est manifesté dans le cœur de Jésus qui a été transpercé par une lance. Grâce à cet amour, dit-il, nous accédons à la liberté contre le mal et le péché. C’était à Mont Sion Gikungu, pendant la Messe de 9h30 minutes.

Dans son homélie, l’Abbé Lambert NGENDABANYIKWA a dit que le Seigneur nous éduque et nous élève dans son amour à travers le Cœur sacré de Jésus. Dans la première lecture, on nous montre l’amour que Dieu a pour Israël, aujourd’hui c’est nous tous ici. Dieu n’entend pas nous lâcher quels que soient la lourdeur de nos fautes contre Lui. Pour nous montrer que son amour pour nous est si fort, le prophète Osée nous dit que Dieu nous retient avec les filets de son amour. L’Abbé Lambert ajoute que Dieu veille sans cesse sur nous mais que notre liberté nous éloigne de temps en temps de ce Père qui nous a tant aimés.

L’amour divin nous fait grandir et nous rend dignes d’être de vrais fils et filles du même Père. Notre faute sera alors de nous élever plus haut que celui qui nous élève et nous éduque. Nous devons plutôt apprendre à nous abaisser comme Saint Paul nous le dit : « Ce n’est plus moi qui vis, mais c’est le Christ qui vit en moi ». Que notre responsabilité ou autorité dans la communauté ou dans la nation ne nous amène point à faire du mal aux autres, plutôt à leur manifester amour, la patience et la compréhension.

Méthode Nyandwi