« Chantez au Seigneur un chant nouveau ! La splendeur et l’éclat, la puissance et la beauté brillent dans son Temple saint. De plus, repentez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle car le Royaume de Dieu est proche. » C’est ainsi qu’a introduit le Père Herménégilde Coyitungiye lors de la célébration eucharistique de ce dimanche 21 janvier 2018, à partir de 9h30 minutes, à Mont Sion Gikungu.

Dans son homélie, le Père Herménégilde a dit que depuis que nous avons vécu les moments de l’Incarnation du Verbe de Dieu, il n’y a pas longtemps, aujourd’hui nous voyons  Jésus à l’œuvre.  Dans  l’évangile, il nous invite au repentir et croire à la Bonne Nouvelle. « La chanson que la Chorale  vient d’exécuter nous en dit plus dans ses mots : Cherchez le Seigneur tant qu’il se laisse trouver, invoquez le pendant qu’il est proche », a-t-il ajouté.

Le Père Herménégilde est revenu sur l’arrestation de Jean Baptiste et montre que, malgré la puissance et la volonté d’Hérode de faire obstacle à l’avènement du Royaume en coupant la tête de Jean Baptiste, ça n’a rien changé du plan de Dieu, car le Royaume de Dieu est quand même arrivé parmi nous. Il partage le souci avec Saint Jean Chrysostome quand il dit : « Plus que le péché lui-même, ce qui irrite et offense Dieu, c’est que les pécheurs ne ressentent aucune douleur pour leurs péchés ». Le P.Herménégilde  s’indigne plus encore, quand un pécheur appelle  son mal un  bien. Notre repentir doit commencer par la compréhension du mal comme mal et le bien comme le bien. Et pour cela, le peuple de Ninive nous est un modèle, parce qu’il avait compris, devant le Seigneur, qu’ils avaient commis des péchés abominables de façon qu’ils sentant le désir profond de jeûner, du plus grand au plus petit, se couvrirent des sacs, se prosternèrent  dans le cendre parce qu’ils avaient compris qu’ils ont gravement péché.

Comme pour faire encore entendre la voix de Jean Baptiste, le P. Herménégilde a repris : « Produisez donc des fruits dignes du repentir…Déjà même la cognée se trouve à la racine des arbres ; tout arbre donc qui ne produit pas de bon fruit va être coupé et jeté au feu. » (Lc 3, 8-9). Et voilà pourquoi Saint Paul attire notre attention : « Le temps est limité…que ceux qui tirent profit de ce monde, qu’ils soient comme s’ils n’en profitaient pas ». Finalement il montre que nous devrions prendre l’exemple de Simon et André, Jacques et Jean qui n’ont pas hésité de laisser leurs filets sur le lac et suivre le Seigneur ; ce que saint Jérôme commentent en disant : « Je pense qu’à travers ces filets, ce sont tous les vices de la vie de ce monde qu’ils ont quittés.. »

La Vierge Marie est là pour nous aider afin de pas rester attachés à nos filets, comme elle s’est sentie toujours dans la quiétude et contente de ce que le bon Dieu lui a donné,  a conclu le Père Herménégilde.

Jean de Dieu