Nous sommes mercredi, le 18 septembre 2019. Les pèlerins commencent à affluer vers le Sanctuaire. Certains visages nous semblent peu familiers. On le saura plus tard qu’ils vivent en dehors de la zone Gihosha et qu’ils se joignent à ceux d’ici le 18 de chaque mois pour renouveler leur alliance d’amour avec la Mère Trois fois Admirable et lui présenter par là leurs requetes. Ils sont tellement nombreux que les chaises en plastique se trouvant sous la tente du devant du sanctuaire sont toutes occupées dans un laps de temps moindre. Ils se tournent donc du coté de l’église de la Trinité pour les prendre. Certains, en les soulevant, pensent à ceux qui viendront tardivement et prennent plus d’une.

Il est 17h quand la cloche du Sanctuaire retentit. Tous les fidèles se lèvent pour la prière de l’Angelus qui sera suivie directement par le début de la messe. Le Père Longin NTIRANYIBAGIRA, en compagnie du Père Martien NDAYIZEYE, présidera la messe. Comme à l’accoutumée, tous les 18 de chaque mois la messe est toujours animée par la chorale Sancta Maria.

Le célébrant, dans son mot d’accueil, a signifié aux fidèles que cette célébration est une messe d’action de grace et qu’elle ouvre officiellement le début du mois de prière pour le jubilé du Sanctuaire prévu le 19 octobre prochain. Ladite prière aura lieu chaque jour au Sanctuaire à partir de 18h.

Précédée par les lectures tirées de la Sainte Ecriture à savoir l’épitre de Paul à Timothée et l’évangile selon saint Luc, est venu le moment de l’homélie.

Le prédicateur l’a introduite par cette question qui est mentionnée même dans l’évangile du jour: « À qui donc vais-je comparer les gens de cette génération ? »Ils sont insensibles. Ils ne sont ni chaud ni froid, rien ne les intéresse. Ils voient sans voir et entendent sans entendre. Les gens de cette génération Dieu les parle mais font souvent la sourde oreille, a-t-il continué.

Cette parole s’adresse à nous qui sommes présents ici au Sanctuaire, a-t-il martelé. Nous avons joué de la flûte pour vous il y a une année en vous annoncant que nous débutons l’année du jubilé du sanctuaire. Qui se rappellent du thème ? Qui ont donné leurs moyens et leurs forces pour son organisation ? Nous avons joué encore de la flûte pour vous vous invitant à venir témoigne pour tous les bienfaits recus au Sanctuaire pendant ces 25 ans. Qui sont venus ? Qui, parmi, connaît l’hymne du sanctuaire ? Nous avons encore joué de la flûte pour vous en vous invitant aux différents pèlerinages. Combien d’entre vous ont-ils participé ou les ont soutenus? Il a donc demandé aux chrétiens de s’engager activement à cette action très louable. 

Chaque jour les cloches de notre église sonnent trois fois pour l’angelus. C’est un moment précieux pour nous tourner vers le seigneur en nous confiant à l’intercession de la Vierge Marie. Aujourd’hui encore, les cloches tintent pour nous annoncer que l’heure de célébrer le Jubilé approche voire est déjà arrivée, a-t-il conclu.

Après l’homélie, comme chaque 18 du mois c’était au tour de renouveler l’alliance d’amour avec la Vierge Marie. Les requetes adressées à la Mère Trois fois admiratrices ont été brulées et la prière des fidèles a été prononcée par 5 candidates de l’institut des sœurs de Marie de Schoenstatt.

Avant la bénédiction finale, la prière du Jubilé du Sanctuaire de la Mère Tois fois Admirable de Schoenstatt a été citée par tous les fidèles rassemblés.

Germain NAHIMANA