En ce 22 août 2019 soit exactement une semaine après la fête de l´Assomption, l´église catholique célèbre la fête de la Vierge Marie, Reine. Dans son homélie, le Père Longin NTIRANYIBAGIRA, du Mouvement Apostolique de Schoenstatt dont la devise est dédiée à la Sainte Vierge et dit « Rien sans vous. Rien sans nous», est revenu sur la fête de l´Assomption qui était basée sur les quatrième et cinquième Mystères Glorieux.

Le 15 août passé, nous
avons célébré la montée au ciel de la Vierge Marie de façon particulière au quatrième
Mystère Glorieux. Aujourd´hui, nous célébrons le cinquième, le couronnement de
Marie au Ciel comme le décrit ce premier verset de l’Apocalypse en son chapitre 12 « Un signe grandiose
apparut dans le ciel : une Femme, ayant le soleil pour manteau, la lune
sous les pieds, et sur la tête une couronne de douze étoiles. »

Célébrons donc cette sainte fête de notre auguste Reine, a-t-il
poursuivi, en méditant sur cette honneur qu´elle a reçue d´être couronnée comme
Reine tout en pensant à notre couronnement aussi le moment venu.

Les premiers chrétiens ont vite compris la place de la
Vierge Marie comme Reine et se sont demandés comment est-ce qu´ils pouvaient la
couronner.  Après maintes réflexions, ils
ont choix le Rosaire et les prières mariales.

Réciter le chapelet, martèle le prédicateur, c´est offrir
des fleurs à la Vierge Marie. Nous pouvons couronner notre Mère Céleste, Reine
des Cieux, en récitant le Rosaire. Nous couronnons aussi notre Mère par nos
bonnes œuvres et nos prières.

Nous avons reçu tous notre couronne le jour de notre baptême,
rappelle le Père Longin, nous devons donc bien la conserver et l´entretenir jusqu´à
la fin de notre vie sur terre. Le linge blanc que le prêtre pose sur notre tête
le jour de baptême est signe de sainteté et pureté que nous devons toujours
garder soigneusement.

En la Vierge Marie, tous nos problèmes quotidiens trouvent des solutions, a-t-il conclu.

GERMAIN NAHIMANA